Jour 9 : Volonne, ville engagée pour l’environnement

Jeudi 10 mai, c’est journée pause pour les marcheurs. Installés sur la commune de Volonne (04), nous découvrons le matin la richesse ornithologique du lac de la ville, avec des explications passionnantes de Michel, référent local LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux).

Michel, référent local Ligue pour la Protection des Oiseaux

Le grand événement de cette matinée, c’est la découverte d’un couple de spatules blanches, encore jamais croisé dans la région. Michel a instantanément transmis l’information à la LPO, qui va analyser cette découverte. Nouveau chemin de migrations de ces oiseaux ? Changement climatique ? Évolution des pratiques de certaines espèces ? Cela reste encore à déterminer…

 

Aux alentours de Volonne

Sandrine Cosserat, maire de Volonne

Nous souhaitons ici saluer l’accueil bienveillant et enthousiaste de la ville de Volonne et de ses relais locaux, qui ont tout mis en œuvre pour recevoir les marcheurs dans de bonnes conditions. Un immense merci à eux, notamment à Jean-Marc, Michel et Colette !

La maire de Volonne, Sandrine Cosserat, a participé à nos côtés aux différents événements de la journée. Dans sa ville de 1700 habitant·e·s, elle s’engage fortement en faveur de l’environnement et la protection de la nature, en organisant des événements comme la journée de la transition citoyenne ou en construisant des éco-quartiers. Le soutien des élus est une donnée essentielle à prendre en compte, si nous souhaitons que la santé environnementale soit davantage connue et prise en compte.

En fin de journée, nos relais locaux organisaient un échange sur le thème des pesticides et de l’arboriculture. Une trentaine de personnes, dont plusieurs agriculteurs ainsi que des membres de la Confédération paysanne, étaient présentes et ont pris part à de passionnants échanges sur les rendements agricoles, la gestion des terres, les réactions face aux nuisibles, les normes pour la vente, l’accompagnement pour sortir de l’agriculture avec pesticides, etc.

« Avant, les exploitations fonctionnaient sans glyphosate, on avait d’autres techniques. La productivité est directement dépendante de l’emploi des pesticides. Elle détermine le revenu de l’agriculteur professionnel. Avant, il y avait 2 millions de paysans. Maintenant on est 200 000… »

Nous avons aussi appris à cette occasion que 80% des pesticides mis sur les arbres n’atteignent pas leur cible. Ces produits toxiques sont partout. Même les lacs d’altitude sont pollués aux pesticides…

Continuons à nous mobiliser, rejoignez la marche des cobayes !

 

Débat sur les pesticides dans l’arboriculture

 

Et pour aller plus loin, une vidéo de Christian Jouault, membre du collectif Triskalia (groupe coopératif agricole et agroalimentaire au service d’une agriculture bretonne moderne, performante et durable), sur l’utilisation des pesticides en France et leurs dégâts sur la santé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *