Jours 11 et 12 : « Nous avançons ensemble et, avec des bribes d’histoires, nous créons une histoire commune »

Le 12 mai, les marcheurs se sont retrouvés au musée gallo-romain de Sisteron, avec un café au soleil avant le démarrage d’une journée intense. Une dizaine de personnes étaient réunies, dont les marcheurs habituels et quatre nouvelles recrues qui participeront à la marche pendant plusieurs jours.

Après une séance de tractage sur le marché de Sisteron et un repas du berger alpin (bio et local !), les marcheurs empruntent la sublime route de la marquise pour rejoindre Laragne-Montéglin.

Le repas du berger

La fin d’après-midi s’est révélée plus compliquée que prévue, avec quelques rivières imprévues à traverser. Le Dauphiné Libéré a accueilli les marcheurs vers 18h30, avant une séance de tractage sur la place principale de Laragne.

La soirée, très conviviale, a réuni plusieurs associations de Laragne comme le mouvement de la paix, Stop Linky, Soupes et bobines, la monnaie locale la Roue, le SEL ainsi que des membres d’ATTAC. Sarah, l’une des organisatrices de la marche, a présenté le projet de la marche et a répondu aux questions des personnes présentes sur ce projet ambitieux (live Facebook). Les personnes présentes ont pu présenter leur activité, comme une productrice agricole qui est en train de se convertir en biologique et qui a entendu parler de notre marche par ce biais.

Les marcheurs se sont ensuite retrouvés pour dormir dans une belle maison mise à disposition par des habitant-e-s, au cœur d’un superbe paysage !

Sur le trajet entre Sisteron et Laragne

 

Le 13 mai, départ de Laragne direction Serres !

Après un tractage au marché d’Eyguians, la marche s’est déroulée sans encombre jusqu’à Ribiers, avec une petite étape en voiture pour ne pas arriver trop tard à Serres. Parmi les thématiques abordées en profondeur, les ondes électro-magnétiques, le Lévothyrox et les démarches politiques autour de la marche.

Voici un témoignage de Dominique et son compagnon Jimmy qui, lui aussi agriculteur, est passé au bio il y a quelques années. Ils marchent contre les pesticides et les perturbateurs endocriniens, pour alerter la population à nos côtés :

Dominique nous a d’ailleurs envoyé un très joli texte qui retrace son passage au sein de cette marche :

« La marche des cobayes est une rivière qui, à contre courant, part de la mer méditerranée pour aller jusqu’à Paris, alimentée de nombreux ruisseaux et alimentant quantité de canaux.

Deux jours j’y ai marché, mais aussi ri, chanté, mangé, discuté et beaucoup appris.

Nous aurions dû être mille, dix mille, cent mille, tant étaient pertinents et urgents les thèmes portés. Mais nous étions nous, des vies, des voies, des récits, des souffrances et des joies.

Nous, c’était beaucoup, c’était avancer ensemble, et de bribes d’histoires créer une histoire commune.

Alors merci aux organisants, merci aux accueillants, merci pour le délicieux jus de pomme de la délicieuse Lucie, merci pour les grandes tablées, merci pour le doux lit, le bon feu pour les pieds mouillés, l’écoute et le respect, les oranges et les thés.

Aux marcheurs grand merci, courage et cœur jusqu’à Paris ! » Dominique

 

Départ de Laragne le 13 mai
Le beau paysage de Serres
Pause goûter salutaire pour les marcheurs
L’accueil convivial à Serres

4 réponses sur “Jours 11 et 12 : « Nous avançons ensemble et, avec des bribes d’histoires, nous créons une histoire commune »”

  1. Dominique a raison, nous sommes tous concernés d’une manière ou d’une autre, mais malheureusement tous ne peuvent pas accompagner la marche, soit parce que la marche ne passe pas dans le secteur, soit parce qu’il ne peuvent pas prendre de congés. Mais oui, je pense que nous sommes très nombreux à soutenir la marche.
    De plus, je trouve que les moyens de communications n’ont pas été suffisant .
    Bravo à la marche

  2. Bravo a vous d’avoir cette volonté courageuse et rassurante de votre résistance au produits menaçants pour notre terre notre santé , et toute forme de vie de la faune d’insectes qui assure et perpétuent la vie.

  3. La marche suit son chemin et nous constatons combien elle est porteuse d’espérance! Néanmoins qu’il est difficile de faire changer les mentalités mais, surtout, celles de nos politiques trop pris dans les arrangements et autres magouilles ….les lobbies veillent!
    Merci à Dominique pour ses belles paroles : oui, il y a urgence à agir tant sont nombreux les problèmes environnementaux qui empoisonnent le Vivant!
    Bravo aux marcheurs et à bientôt sur le parcours!

  4. merci mille mercis…!!!!
    malheureusement
    je n’ai plus en tête le nom de ce produit contre les moisissures hyper répandu qui a été dénoncé il y a une petite quinzaine dans le journal le monde comme extrêmement répandu et toxique
    je me sens moins seule avec toutes mes infos livresques depuis que je suis allée à votre rencontre à aix en provence
    d’ailleurs je vous rejoins à lyon du 24 au 29 mai gràce à votre site
    si bien fait qu’il vous reflète
    vous êtes l’efficacité en marche
    BRAVO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *