Jours 46 et 47 : à Tours, débat sur les champs électromagnétiques et rencontre d’initiatives locales

Les samedi 16 et dimanche 17 juin, la marche des cobayes s’est arrêtée à Tours. Les marcheurs ont tracté dans la ville après déjeuner, avant de rejoindre le château de Tours pour participer à la marche des fiertés.

Participation au stand de la marche des fiertés de Tours

Le soir, nous avons rejoint la marche au Printemps de Velpeau, organisée par le Collectif Velpeau en transition. Concerts, stands associatifs, nourriture végétarienne et biologique, ateliers de recyclage… Nous avons pu y présenter notre marche et rencontré de nombreuses initiatives locales intéressantes !

Le dimanche après-midi, table-ronde autour sur les champs électromagnétiques (ondes, téléphones portables, wifi, compteurs Linky), en présence de Valérie Mousseaud du collectif Stop Linky Touraine et Emmanuel Denis de Robin des toits.

Emmanuel Denis nous a expliqué que nous manquons aujourd’hui cruellement d’expertise indépendante sur les ondes.

« La législation qui s’applique dans beaucoup de pays et qui fixe les seuils à respecter concernant les ondes électromagnétiques, relève d’une expertise faite par l’OMS avant 1998. C’était il y a 20 ans ! Aujourd’hui, les technologies ont beaucoup évolué, il faut de nouvelles expertises indépendantes. » (Emmanuel Denis)

Selon lui, il n’existe pas de vraies études épidémiologiques approfondies sur la toxicité des technologies. Quatre principaux effets physiologiques des ondes sur le cerveau sont généralement présentés à ce sujet : l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique (sang-cerveau), qui devient perméable et favorise l’empoisonnement progressif du cerveau ; des effets sur l’ADN ; des effets sur les régulations membranaires entre les cellules ; et enfin une inhibition de la mélatonine.

Il précise aussi que de nombreuses personnes critiquent aujourd’hui les compteurs Linky, mais ont beaucoup de difficulté à remettre en cause l’usage des téléphones portables.

Table-ronde sur le Linky à Tours

Valérie Mousseaud a quant à elle évoqué les effets néfastes de la 5G par rapport à la biodiversité. Il semble que, dans les villes qui testent la 5G, les oiseaux disparaissent progressivement. De plus, les hautes fréquences casseraient les structures métalliques des châteaux d’eau, ce qui les fragilise et pourrait causer des effondrements. Si les ondes électromagnétiques ont un impact sur du métal, qu’en est-il sur notre santé et sur l’environnement ? …

Enfin, pour terminer, la marche des cobayes s’est rendue sur le festival World music, afin de passer une soirée conviviale !

Nous vous proposons une interview de Manu, marcheur pendant plus d’une semaine à nos côtés (interview réalisée à Nevers quelques jours plus tôt) :

2 réponses sur “Jours 46 et 47 : à Tours, débat sur les champs électromagnétiques et rencontre d’initiatives locales”

  1. Comment faire pour revoir la table ronde sur le sujet du linky et des champs électromagniétiques?

    Très bon sujet et j’ai aimé aussi l’intervention du Monsieur sur « passer de la compétition à une coopération »

    1. Vous voulez dire la table ronde de Tours? Malheureusement celle-ci, ainsi que les autres tables rondes sur les champs électromagnétiques n’ont pas été filmées car nos téléphones étaient éteints afin de ne pas embêter les personnes électrohypersensibles!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *